Jura Pastoral

Signes de croix (7)

Village: Courtételle

 

Lieu-dit: Les Tunnels
 

 

Matière: Fer

 

Année: --

 

Coordonnées GPS: 591350 / 240970

 

 

Camillo et son chemin de croix

Dans ce dernier volet sur les signes de croix, l'artiste peintre-sculpteur Camillo nous partage ses secrets et son expérience de foi. Il a réalisé un magnifique chemin de croix pour l'église Saint-Sixte de Courtételle. Son travail artistique nous conduit au questionnement de la souffrance, de la recherche de sens, de la présence de Dieu au coeur de notre vie. La Croix n'est-elle pas le signe de la Veille de Dieu dressée au coeur de toutes les nuits ?

Présentation de l'artiste peintre-sculpteur

Camillo

Né avec le printemps à Schönenwerd (CH-Soleure), Camillo fréquente durant quatre ans le Collège Saint-Michel à Zoug et plus tard côtoie les arts graphiques. 

A Baden, il étudie la sculpture chez Hans Trudel. A Bâle, il participe à l'exécution de son premier vitrail chez Joachim Albert. Subissant l'épreuve du feu à coups d'ébauchoirs et de burins, scellant dans une méditation commune le verre et le plomb, Camillo trouve toujours une étoile pour incendier son imagination.

En 1967, séduit par le charme du paysage jurassien, par le caractère prompt et généreux de ses habitants, l'artiste choisit le village de Bressaucourt pour y élire domicile.

A partir de 1971, Camillo se consacre entièrement à l'art. Il réalise plusieurs oeuvres acquises par la Confédération, des cantons, des banques, compagnies d'assurances et entreprises. Il remporte différents concours artistiques. Un triptyque en bronze se trouve au Palais fédéral à Berne dans la salle du Conseil national. D'importantes oeuvres monumentales s'élèvent dans des espaces publics en Suisse.

C'est à Soulce, petit village désaltéré par le Folpotat, que Camillo s'installe et ouvre sa maison d'art en 1988. Six mois par an et pendant une vingtaine d'années, Camillo réside, travaille et expose en Californie / USA. San Francisco et la Napa Valley sont ses lieux de prédilection.

Sous l'égide du Consulat général de Suisse, Camillo est amené à poursuivre son oeuvre et à présenter ses nouvelles créations au public de Johannesbourg (Afrique du Sud).

Dans une démarche pluridisciplinaire et novatrice, il crée des vitraux et le mobilier liturgique de plusieurs églises en Suisse romande.

                                                                                                                            Andrée Beuchat

Lecture du film = 5'

Le chemin de croix de Camillo

Notes explicatives de Camillo 

1. Une croix «lumière» faite en plexiglas transparent apparaît pratiquement dans chaque station. Elle est «lumière»  parce que, revêtue déjà de la Résurrection.

2. Un bloc en «verre de cristal» représente le corps du Christ. Sa transparence reflète la pureté de Jésus. Bien que matériel, le cristal permet de «voir» à travers sa structure, ce qui lui confère, dans le contexte actuel, une sorte d’immortalité. Il symbolise le plan intermédiaire entre le visible et l’invisible, entre la nature humaine et la nature divine du Christ.

3. Les «sept épines rouges» entourant le bloc de cristal évoquent le sang,la souffrance indescriptible physique et affective de Celui qui, par son calvaire et sa mort, a racheté toutes nos fautes. Malgré leur couleur qui bouleverse, les épines restent en partie transparentes. Témoins rayonnants du Christ couronné, elles ouvrent, en quelque sorte, le Chemin de la Rédemption.

4. Les plateaux de bois blancs (bois de frêne sculpté et légèrement teinté) supportant les stations du Chemin de croix expriment, par leur couleur, tantôt un départ, tantôt un aboutissement, une halte. Serti effectivement entre le tangible et l’intangible, le blanc est une couleur de passage, d’ouverture que l’on retrouve à l’aube de chacune de nos naissances, jalonnant ainsi les étapes de notre vie. Le blanc peut également désigner   l’homme noble, libre, parfait, celui qui a fait le vide en lui pour se consacrer au sacré. Le blanc annonce aussi une couleur sacerdotale. Le Christ n’est-il pas prêtre avant tout ?

Lien avec le site de Camillo

Agenda et messes