Jura Pastoral

Ajoie: un Espace pour six paroisses

A la conquête de l’Espace !

Carte Ajoie

Nouvelle étape pour la pastorale en Ajoie – Clos du Doubs avec la création, au 1er août prochain, d’un Espace pastoral.

La population d’Ajoie et du Clos du Doubs reçoit, en ce mois de mars, un tout-ménage avec une présentation de la nouvelle organisation pastorale du district à partir du 1er août prochain. Ce numéro spécial intitulé « Vers de nouveaux horizons » (voir ci-contre) explique les changements et nouveautés qui seront mises en œuvre. La carte ci-dessus offre un bon aperçu de la nouvelle donne : six paroisses nouvelles (au lieu des 29 paroisses actuelles) :

  • La paroisse Saint-Nicolas de Flüe – Boncourt
    (actuellement Unité pastorale de l’Eau Vive)
  • La paroisse Saint-Martin – Haute-Ajoie
    (actuellement Unité pastorale de la Haute-Ajoie)
  • La paroisse Saint-Pierre – en Ajoie
    (actuellement Unité pastorale des Sources)
  • La paroisse Saint-Jean – Alle – Baroche – Vendline
    (actuellement Unité pastorale de la VAB)

L’Unité pastorale Saint-Gilles – Clos du Doubs formera, pour sa part, deux paroisses nouvelles, retrouvant ainsi le territoire d’il y a quelques années :

  • La paroisse Saint-Gilles - Courgenay
  • La paroisse Saint-Ursanne - Clos du Doubs

Cette réorganisation pastorale, voulue par notre évêque Felix, n’a pas d’influence directe sur les communes ecclésiastiques en charge du personnel et de la gestion du patrimoine de notre Eglise. Au 1er janvier 2022, on devrait en dénombrer 25, certaines ayant choisi, au cours des dernières années, d’envisager l’avenir au sein d’une même entité.

Les changements de noms et la réduction du nombre de paroisses canoniques sont peut-être les éléments les plus visibles de la métamorphose que vit l’Eglise. Ils ne sont toutefois pas l’aspect premier. Si la pastorale ajuste aujourd’hui son habit, c’est d’abord au service d’un projet novateur qui veut proposer des offres communes à toute la population de la région, tout en préservant une attention à la proximité. Les six paroisses nouvelles, avec leur secrétariat permettant une porte d’entrée et un accueil pour toutes les demandes pastorales mais aussi la désignation d’agents pastoraux comme référents locaux ont pour objectif d’apporter une présence d’Eglise, proche des gens. L’organisation nouvelle, avec une seule équipe pastorale, la collaboration renforcée de bénévoles permettra l’émergence de propositions qu’il n’est pas possible d’organiser seul.

Le projet souhaite aussi intensifier les relations œcuméniques, développer des partenariats avec la société civile, offrir de nouveaux chemins pour accompagner les quêtes spirituelles d'aujourd’hui et tenter d’y répondre, guidés par la Parole de Dieu et la tradition vivante de notre Eglise.

Malgré les scandales révélés au sein même de l’Eglise ces dernières années, nous pensons que la communauté chrétienne est dépositaire d’un trésor inestimable et que nous pouvons, avec d’autres –  qu’ils partagent ou non notre espérance – nous mettre au service du développement humain. Imaginer un tel projet, ce n’est pas avoir la tête dans les étoiles ! Si la conquête de l’Espace pastoral nous amène là-haut, ce n’est sans doute que pour tenter de redonner à notre monde le goût d’un Dieu venu nous révéler l’incroyable dignité de toute personne humaine. Puisse ce projet nous aider à poursuivre ce seul objectif.

Direction de l’Espace pastoral Ajoie – Clos du Doubs

Christophe Wermeille et abbé Jean-Pierre Babey

La nouvelle Equipe pastorale se présente

La nouvelle Equipe pastorale

De gauche à droite : Patrick Godat, diacre ; Malou Langenegger, anomatrice pastorales ; Sébastien Brugnerotto, animateur pastoral ; abbé Jean-Pierre Babey, prêtre co-responsable du nouvel Espace pastoral ; Christophe Wermeille, théologien en pastorale, co-responsable du nouvel Espace pastoral ; Nathalie Jolissaint, animatrice pastorale ; abbé Alphonse Nkadi, prêtre ; chanoine Jean-Marie Nusbaume, prêtre ; Marie-Andrée Beuret, théologienne en pastorale ; abbé Stephan-Emmanuel Simonin, prêtre ; sœur Ursula Dörfliger, animatrice pastorale.

Cette équipe pourra aussi compter sur des membres associés pour différents services : Philippe Charmillot, diacre ; Marie-Josèphe Lachat, théologienne en pastorale ; chanoine Jacques Oeuvray, prêtre ; abbé Maurice Queloz, prêtre.

Christophe Wermeille

Christophe Wermeille, théologien en pastorale, 45 ans, marié, papa de quatre enfants. Après la matu à Porrentruy, j’étudie la théologie à Fribourg, Tübingen et Lucerne et reçois l’institution dans le diocèse. Je déménage à Delémont, Pleigne, en Belgique puis à Porrentruy, engagé auprès des communautés, des bénévoles et comme président de Bénévolat Jura. Dès le 1er août, je serai responsable de l’Espace pastoral, aux côtés de l’abbé Jean-Pierre Babey.

Marie-Andrée Beuret

Marie-Andrée Beuret, théologienne en pastorale, 49 ans. Après la matu et une formation d’enseignante, j’ai travaillé dans les écoles. J’ai étudié la théologie à Fribourg et Lucerne et j’ai reçu l’institution dans notre diocèse. J’ai exercé mon ministère dans le vallon de Saint-Imier, l’Unité pastorale Saint-Germain et en Haute-Ajoie. Domiciliée à Chevenez, je serai membre de la nouvelle équipe dès le 1er août.

Soeur Ursula Dörfliger

Soeur Ursula Dörfliger, animatrice pastorale, 57 ans. Après une formation d’employée de commerce, j’entre dans la Congrégation des Soeurs de Saint-Paul de Chartres. J’obtiens un diplôme de maîtresse en économie familiale à Fribourg et suis une année de théologie à Rome. J’enseigne pendant 29 ans à l’École Saint-Paul. Depuis août 2020, je suis animatrice pastorale dans l’Unité pastorale Saint-Gilles – Clos du Doubs.

Nathalie Jolissaint

Nathalie Jolissaint, animatrice pastorale, 55 ans, en couple, maman et grand-maman. C’est lorsque j’étais catéchiste bénévole que l’Église m’a envoyée en formation à l’IFM à Fribourg. Après trois ans d’études, j’ai rejoint en 2011 le SCF pour assurer avec mes collègues l’accueil et la formation des catéchistes. Je serai engagée à 40 % dans la nouvelle Équipe pastorale, plus particulièrement pour la catéchèse.

Abbé Alphonse Nkadi

Abbé Alphonse Onésime Nkadi Mukini, prêtre, 63 ans. Né et ordonné en République Démocratique du Congo, j’ai exercé en pastorale paroissiale, scolaire et financière. Arrivé en Belgique pour les études, j’ai obtenu une licence en psychologie, orientation famille, à l’Université catholique de Louvain. Devenu belge par naturalisation, je suis en Suisse depuis 2015 et heureux de travailler dans le nouvel Espace pastoral.

Abbé Stephan-Emmanuel Simonin

Abbé Stephan-Emmanuel Simonin, prêtre, 51 ans. Ordonné en 1995, mon parcours missionnaire m’a permis de découvrir des manières de célébrer et de prier très différentes. Je suis heureux de cette grande diversité, comme au Sénégal, en Guinée, au Togo, mais aussi en Europe : Paris, Londres, les Pays-Bas et Genève. Arrivé à Delémont en août 2019, je me réjouis d’approfondir ma connaissance du Jura.

Abbé Jean-Pierre Babey

Abbé Jean-Pierre Babey, prêtre, 57 ans. Après ma scolarité à Grandfontaine, j’obtiens un CFC d’agriculteur, tout en exploitant la ferme familiale. J’étudie ensuite la théologie à Fribourg et Paris et reçois l’ordination en 1998. Mon ministère me conduit à Delémont puis à Saignelégier avant de rejoindre la VAB en 2012. Dès le 1er août, je serai prêtre responsable du nouvel Espace pastoral,
aux côtés de Christophe Wermeille.

 

Sébastien Brugnerotto

Sébastien Brugnerotto, animateur pastoral, 39 ans, marié, papa de deux enfants. Ma vocation est née lors de rencontres de jeunes. Après ma formation à l’IFM à Fribourg, j’accompagne d’abord les jeunes. Durant deux ans, je suis aumônier auprès des mineurs vivant en institution sur le canton de Vaud. Depuis mon retour, je suis présent dans l’Eau Vive et auprès des jeunes d’Ajoie-Clos du Doubs.

Patrick Godat

Patrick Godat, diacre, 47 ans, marié et papa de trois enfants, habitant à Saint-Ursanne. Du plus loin que je me souvienne, la foi donne sens à ma vie. Mon parcours est simplement un zoom progressif sur qui je suis aujourd’hui. D’employé de commerce (1992), puis spécialiste en exportation (1996), j’ai fait le pas pour devenir animateur pastoral (2002) pour enfin être ordonné diacre (2019).

Malou Langenegger

Malou Langenegger, animatrice pastorale, 61 ans, mariée, maman et grand-maman. Née en France, je suis installée à Courtedoux depuis 1992. Après un parcours professionnel riche de diverses expériences, je commence en 2008 une formation à l’IFM ; j’étais déjà bénévole en paroisse et catéchiste depuis plus de 15 ans. Après trois années d’études, j’ai été nommée en 2011 dans l’Unité pastorale de la VAB.

Chanoine Jean-Marie Nusbaume

Chanoine Jean-Marie Nusbaume, prêtre, 61 ans. Enfant de Cornol, j’ai été ordonné prêtre en 1985 à la basilique de la Trinité à Berne. Membre de l’équipe pastorale de Delémont de 1985 à 1991, puis curé de Moutier jusqu’en 2001 et de l’Unité pastorale des Sources jusqu’en 2009 j’ai ensuite été curé de l’Unité Saints Pierre et Paul à Delémont. Je suis aussi chanoine de la République et Canton du Jura depuis 2012.

Membres associés

Philippe Charmillot, diacre, 56 ans, à 40 % dans l’Espace pastoral, principalement pour la pastorale des familles, des services liturgiques et sacramentels.

Marie-Josèphe Lachat, théologienne en pastorale, 66 ans, à 30 % dans l’Espace pastoral, principalement pour les propositions coordonnées par le Pôle adultes.

Chanoine Jacques Oeuvray, prêtre, 77 ans, à 30 % dans l’Espace pastoral, principalement pour la pastorale liturgique et l’accompagnement à Lorette.

Abbé Maurice Queloz, prêtre, 64 ans, à 80 % dans l’Espace pastoral, principalement pour la pastorale liturgique en EMS et en paroisse.

Un nouvel Espace pastoral

La plaquette de 12 pages à feuilleter et/ou à télécharger

Cath-Ajoie Cliquez sur l'image pour feuilleter la plaquette

Cliquez sur le lien ci-dessous

L'Eglise bouge

Editorial de Mgr Felix Gmür

Mgr Felix Gmür

Telle est la situation partout dans le monde, et le Jura n’en fait pas exception. C’est pourquoi, nous tous et toutes, le peuple de Dieu et l’évêque, nous avançons d’un pas important cette année. Le 1er août 2021, j’érigerai six nouvelles paroisses qui, dans leur totalité, formeront désormais l’Espace pastoral Ajoie-Clos du Doubs. L’Eglise bouge, avance et se développe parce que nous, les chrétiennes et chrétiens, sommes vivants, parce que Dieu est vivant et parce qu’il guide et accompagne son Eglise au service de son message de Vie.

 

Pour que l’Esprit Saint puisse souffler dans l’Eglise et la fortifier dans sa vie pluridimensionnelle, il faut qu’il y ait des structures à sa mesure. Elles facilitent les rencontres, fortifient la présence sur place et ouvrent des espaces créatifs. Le Pape François nous rappelle dans une allocution au clergé du diocèse de Caserta en 2014, que c’est la créativité que Dieu a commandé à Adam : « Va et fais croître la terre. Sois créatif ! » De même, c’est le commandement que Jésus a donné à ses disciples, les équipant pour cela de la force de l’Esprit Saint. Nous, les chrétiennes et chrétiens d’aujourd’hui, ne manquons pas non plus de ce don. Il nous pousse à être créatifs et à façonner, tout un chacun à sa manière, nos communautés chrétiennes. C’est notre vocation de participer à la création du nouveau visage de nos paroisses en nous engageant avec nos multiples talents dans la vie quotidienne et dans la vie spécifique qui est celle de l’Eglise où nous vivons. Le fondement structurel de l’Espace pastoral a pour seul but de servir et faciliter cet objectif.

 

Je tiens à remercier tous ceux et celles qui se sont investis et s’engageront à l’avenir dans le processus continu de réaliser ensemble, avec les responsabilités et les dons créatifs respectifs, une Eglise qui se nourrit de la grâce de Dieu et s’ouvre aux gens de notre temps. Que le nouvel Espace pastoral Ajoie-Clos du Doubs devienne ainsi un lieu de rencontre avec Dieu et les Hommes !

 

+ Félix Gmür
Evêque de Bâle

Vidéos et témoignages

Vidéo 1

Jura: l'Ajoie – Clos du Doubs présente son futur «Espace pastoral»

Interview des deux responsables

Espace Ajoie Clos du Doubs

L’Ajoie du futur: un seul «Espace pastoral» de 32 clochers conduit par 15 agents pastoraux. Prévu au 1er août 2021, le projet a été béni par l’évêque de Bâle. Interview des deux copilotes, Christophe Wermeille et Jean-Pierre Babey, qui seront respectivement responsable de l’Espace pastoral et prêtre responsable.

Le 19 mars 2021, une page se tourne pour l’abbé Jean-Pierre Babey et Christophe Wermeille, théologien en pastorale. Après 5 ans de réflexion ‘synodale’, les deux agents pastoraux jurassiens mandatés par Mgr Felix Gmür, évêque de Bâle, présentent la nouvelle structure pastorale pour le territoire de l’Ajoie – Clos du Doubs (civilement, le district de Porrentruy): un «Espace pastoral» qu’ils vont piloter au sein d’une Équipe pastorale de 11 personnes (4 prêtres, 1 diacre, 2 théologien-nes en pastorale et 4 animateurs-trices pastorales), avec l’appui de 4 autres membres associés (2 prêtres, 1 diacre et 1 théologienne en pastorale).

Vision globale et particularités locales

En comparaison avec d’autres parties de la Suisse romande, cet Espace pastoral est une sorte d’Unité pastorale XXL, avec la particularité d’être modérée par un binôme prêtre-laïc (selon le principe canonique de la direction extraordinaire des paroisses) et de ne pas avoir un centre névralgique déterminé. Le mot d’ordre: une vision globale dans le respect des particularités locales. Interview à deux voix.

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE SUR CATH.CH

 

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.