Jura Pastoral

Franches-Montagnes

Unité pastorale Franches-Montagnes

Bienvenue

Messes des familles

Messes des familles

Fermeture secrétariat

La semaine du 30 mai au 3 juin le secrétariat de Saignelégier sera ouvert le matin de 8h30 à 11h30 et fermé les après-midis.

Merci de votre compréhension

Méditation

Pour qu’ils aient la vie !

Thomas appelé Didyme, ce qui veut dire jumeau, n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

Mais de qui donc Thomas est-il le jumeau ? Un frère déjà parti ? Un homme au destin différent qui n’a pas choisi de rejoindre Jésus ? Un disciple de l’ombre ?

En mentionnant pour la seconde fois ce surnom qu’il prend soin de traduire et qu’il est seul à dévoiler, l’évangéliste Jean associe l’apôtre Thomas à un absent. Quelqu'un manque et Thomas porte en son nom les stigmates d’un jumeau invisible. D’ailleurs, la première mention de cette identité mystérieuse s’inscrit dans l’épisode de la mort de Lazare, le frère défunt de Marthe et de Marie, une scène dans laquelle les liens de fraternité sont abondamment décrits. Thomas prend pour la première fois la parole et suggère de partir pour mourir avec lui. Comme si le départ d’un proche ravivait en lui la blessure de l’absence et le rendait compatissant à l’égard de celles et ceux qui débutent un cheminement de deuil. Didyme, jumeau de ceux qui éprouvent le manque.

Sa deuxième intervention se situe au moment précis où Jésus annonce son départ. Thomas s’inquiète de la voie à emprunter pour suivre celui qui s’en va dans l’inconnu : « Nous ne savons pas où tu vas, comment trouverons-nous le chemin ? » Jésus lui répond solennellement qu’il est lui-même le chemin, la vérité et la vie. Réponse sibylline tant que la lumière de la résurrection ne lui révèle son sens. Thomas, le frère visible et présent ne peut qu’interroger la vérité au moment où le chemin s’arrête dans l’impasse du Golgotha et où la mort victorieuse semble définitivement avoir englouti la vie. On comprend que son désir de fraternité et de communion à celui qui l’a appelé à tout quitter pour le suivre soit blessé par l’échec de la croix. La quête du jumeau spirituel espéré a déçu. Thomas reste seul, à l’écart du groupe des Douze réduits à Dix. Il devient provisoirement l’ombre jumelle de Judas.

Pas étonnant dès lors qu’il manifeste une telle prudence devant l’annonce de ses compagnons de route. Lorsqu’un homme a éprouvé dans sa chair la douloureuse déchirure d’une séparation, il ne se hasarde plus à succomber aux promesses rapides d’un monde bleu-ciel. Thomas a besoin de temps et de signes tangibles avant de pouvoir renouer et envisager une relation nouvelle. Sa guérison passe par la reconnaissance des plaies. Il éprouve le besoin de toucher du doigt les lieux meurtris, pour les identifier ou s’assurer de l’état des cicatrices. Tomber une nouvelle fois dans les affres de la désillusion pourrait lui être fatal. Certains résistent toute leur vie à l’amour par crainte d’y perdre des plumes.

Jésus fait le premier pas. Il rejoint le vœu de Thomas, ne masque pas ses failles, présente son cœur ouvert, offre ses mains. Ses paroles de paix débarricadent les murs de protection. La rencontre devient possible et Thomas, séduit, s’émerveille : « mon Seigneur et mon Dieu ! »

 

La foi proclamée ici n’a rien d’un credo récité. Elle jaillit comme une source, chante les alléluias d’un amour retrouvé, comblé, joyeux. Thomas, dont le nom signifie jumeau, convie à la danse du Ressuscité une multitude de frères et de sœurs, pour qu’avec lui ils croient et qu’ils aient la vie en son nom

Secrétariats

Notre Unité pastorale compte trois secrétariats. Cliquez sur celui que vous chercher pour avoir les informations:

Prochaines messes de notre unité

Agenda et messes

               Cliquez sur l'image
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.