Jura Pastoral

Messes pour nos défunts et pour des intentions particulières

Offrir une intention de messe

Vous souhaitez faire célébrer une messe pour un défunt ou une intention particulière ?

Pour ce faire, vous pouvez :

- Téléphoner au secrétariat de la cure de Courrendlin au 032 435 51 75

- Passer au secrétariat de la cure de Courrendlin à la rue de l'Eglise 5

- Vous adresser directement auprès d'un membre de l'équipe pastorale 

A noter qu'il n'est pas possible de faire célébrer une messe à Noël (du 24 au 25 décembre), Pâques (Du jeudi au dimanche) et à la Toussaint.

Fête de la Toussaint

Chaque année à la Toussaint, nous prions pour tous les défunts. 

Nous mentionnons les prénoms et noms des personnes décédées durant l'année.

Les intentions de messes

Il est de coutume de faire « dire des messes » à telle ou telle intention, en particulier pour les défunts. Qu’est-ce que cela signifie ?

Toute messe a une valeur universelle. Elle peut cependant être célébrée pour des intentions particulières. Cela signifie que des personnes peuvent demander que, dans telle ou telle eucharistie, la communauté porte auprès du Seigneur certaines intentions.

Ainsi, prier pour les défunts (messes de 30ème, de 1er anniversaire ou autres messes célébrées à l’intention des défunts), c’est demander à Dieu de les accueillir auprès de lui dans sa lumière. C’est aussi une manière de rendre présente la mémoire de celles et ceux qui se sont endormis dans l’espérance de la résurrection.

Prier à une intention particulière, c’est demander à Dieu d’aider telle ou telle personne à passer un moment difficile – maladie, échec, difficultés familiales, etc – ou alors c’est se tourner vers le Seigneur pour lui dire notre reconnaissance. D’ailleurs, le mot « eucharistie » signifie « rendre grâce pour ce qui est bon ». A la messe, nous disons donc merci au Seigneur pour ses dons, ses bienfaits.

L’honoraire ou offrande de messe est fixé à CHF 10. -- par la Conférence des évêques suisses. Elle est remise au prêtre qui célèbre pour lui permettre d’aider les personnes en difficultés de sa connaissance ou pour soutenir une œuvre caritative. Les honoraires supplémentaires sont envoyés à des prêtres missionnaires ou à des Congrégations religieuses.

Origine des offrandes de messe 

Dès les premiers temps, il était d’usage que tous les participants à la célébration de l’eucharistie, c’est-à-dire l’évêque, le prêtre, le diacre et les laïcs, apportent des dons matériels, comme par exemple de la nourriture. Ce qui n’était pas utilisé pour la célébration elle-même était offert aux nécessiteux et aux pauvres ou servait à l’entretien du clergé.

La forme de la célébration de la messe changea, cela se répercuta sur les dons faits lors de la messe. Avec le temps, la coutume apparut de nommer le donateur et de citer les noms des vivants et des morts dont on faisait plus particulièrement mémoire.

Progressivement, et selon les instructions de l’Eglise, les prêtres commencèrent à ne plus considérer les dons comme étant d’abord destinés aux besoins généraux de l’Eglise et aux pauvres, mais comme des contributions à leur entretien, souvent bien mince. Le clergé cessa ainsi d’apporter lui-même des offrandes et ne reçut plus que celles des fidèles. En contrepartie, les prêtres célébraient la messe pour les intentions des fidèles (intention de messe) qui avaient apporté une offrande (offrande de messe) et attendaient en retour grâce et bénédiction pour eux-mêmes et pour leur intention particulière.

Expression de solidarité à l’échelle mondiale

Les offrandes de messes et les messes fondées sont des expressions de la piété.

Il convient et il est souhaitable que les donateurs participent personnellement à la messe qu’ils ont demandée. C’est ainsi que la relation originaire ente le don et la célébration de la messe s’exprime le plus clairement. Malgré tout, une offrande de messe à laquelle le donateur ne peut pas participer conserve son sens si ce dernier s’unit intérieurement dans la prière à la célébration de la mort et de la résurrection du Seigneur.

Dans de vastes parties de l’Eglise, les offrandes représentent une contribution importante à l’entretien des prêtres et à l’activité apostolique. Ce n’est pas le cas dans le diocèse de Bâle où les prêtres reçoivent un salaire ordinaire. C’est pourquoi note diocèse utilise les offrandes de messe pour apporter un soutien solidaire à d’autres Eglises locales.

Les offrandes de messes constituent donc une expression de piété, tout en permettant une activité caritative d’envergure mondiale au sein de l’Eglise catholique-romaine. Les Eglises orientales ne connaissent pas notre système d’offrandes, mais elles pratiquent la mention d’intentions et de dons particuliers dans la célébration elle-même.

La pratique des offrandes ne doit par obscurcir le message de Jésus Christ. Le secours de la grâce de Dieu est un cadeau qu’on ne saurait ni mériter, ni payer, ni acheter pour soi ni pour quelqu’un d’autre. Une offrande ne saurait être plus qu’un signe de la confiance que nous avons que Dieu, en considération des mérites de Jésus Christ, accueille notre faiblesse, un signe de notre espérance en sa miséricorde sans limite. L’offrande demeure un signe de notre disposition à participer aux tâches de l’Eglise en soulageant la détresse des pauvres.

Messes en mémoire des défunts

La célébration des messes en mémoire des défunts a lieu les jours de semaine. Là où ce n’est plus possible, il est permis de les célébrer aussi le dimanche, Cependant, la messe obligatoire à l’intention des fidèles de la paroisse est prioritaire pour les curés et pour les prêtres qui leur sont assimilés.

Célébration de la Parole et mémoire des défunts

Une intention de messe, ne peut être remplie (appliquée) que durant une messe.

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Mensuel de Bienne et région

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.