Jura Pastoral

Les racines pas si païennes du sapin de Noël

La coutume du sapin de Noël est étroitement liée à la religion. Elle remonte aux croyances des peuples d'Europe dans l'Antiquité | © Pixabay La coutume du sapin de Noël est étroitement liée à la religion. Elle remonte aux croyances des peuples d'Europe dans l'Antiquité | © Pixabay

Le sapin fait depuis des siècles partie intégrante de l’imagerie de Noël. Aujourd’hui considéré comme un symbole profane, il plonge néanmoins ses racines dans le terreau de la religion, notamment chrétienne.

Depuis quelques années, le sapin de Noël le plus cher du monde (11,4 millions de dollars), et certainement l’un des plus spectaculaires, est installé à….Abou Dabi. Sa présence pleinement acceptée, dans un pays musulman tel que les Emirats arabes unis, est le signe que ce symbole a atteint un statut complètement profane. Difficile d’imaginer une crèche ou un crucifix dans le hall d’un grand hôtel d’un pays du Golfe.

Les Nordiques rendaient notamment un culte à Ygdrassil, un arbre sacré. Illustration issue d’un manuscrit islandais du 17e siècle| Domaine public Les Nordiques rendaient notamment un culte à Ygdrassil, un arbre sacré. Illustration issue d’un manuscrit islandais du 17e siècle| Domaine public

Les amis d’Obélix

La coutume du sapin de Noël est pourtant étroitement liée à la religion. Elle remonte tout d’abord aux croyances des peuples d’Europe dans l’Antiquité. Vivant dans un continent alors fortement boisé, les arbres avaient pour ces populations une importance majeure. Très souvent, elles les ont sacralisés, voire divinisés

Les Nordiques rendaient notamment un culte à Ygdrassil, un arbre sacré dont les racines sont ancrées dans le monde obscur tandis que ses branches supportent la voûte céleste. Elles forment un passage entre le royaume des dieux et la terre. Lors de la fête traditionnelle de Yule (qui correspond au solstice d’hiver), le soleil revient sur terre par ce passage (un peu comme le Père Noël qui descend par la cheminée).

On sait également par Astérix à quel point les Celtes aimaient les arbres. Dans les albums, Obélix fait toujours un sort aux Romains qui ont le malheur de les couper. Les Gaulois dédiaient ainsi un épicéa au jour de renaissance du soleil. Ils l’appelaient «l’arbre de l’enfantement». Ce qui fait dire à beaucoup de Bretons qu’ils ont inventé non seulement le sapin, mais aussi la crèche.

Plus au sud, d’autres peuples qui avaient moins de conifères à disposition utilisaient des arbres à feuilles persistantes comme le pin pour symboliser la vie éternelle. Les Egyptiens, les Chinois et les Hébreux les décoraient de couronnes et de guirlandes. Lors des Saturnales, fêtées au solstice d’hiver, les Romains ornaient leurs maisons de branches de laurier de buis ou d’olivier.

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.