Jura Pastoral

Les théologiens laïcs présents à Palexpo

Les théologiennes et théologiens laïcs venus de Suisse alémanique, en aube lors de la messe du pape à Palexpo, le 21 juin 2018 | © Anne Brugmer Horizont Les théologiennes et théologiens laïcs venus de Suisse alémanique, en aube lors de la messe du pape à Palexpo, le 21 juin 2018 | © Anne Brugmer Horizont

02.07.2018 par Anne Burgmer, Aargauer Pfarrblatt Horizonte / Adaptation: redaction cath.ch

Des théologiennes et des théologiens laïcs, engagés en pastorale en Suisse alémanique, sont venus à la messe du Pape le 21 juin à Palexpo. Leur rôle particulier n’a pas été suffisamment mise en valeur, estiment-ils. Eclairage sur une réalité souvent méconnue de l’Eglise suisse.

Lors de la messe du pape à Genève, dans la halle 4 de Palexpo, des théologiennes et théologiens alémaniques en charge pastorale ont voulu rejoindre les prêtres et les diacres pour entourer le pape lors de la célébration.

Mais leur souhait n’a pu être exaucé. En effet, les places pour les ministres ordonnés étaient comptées.

Interventions infructueuses

Deux jours avant la messe du 21 juin à Genève, il apparaissait déjà que le souhait des laïcs suisses ne pourrait sans doute pas être satisfait. Une directive du Vatican, transmise par Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse hôte de Lausanne, Genève et Fribourg, précisait à ce moment-là que les agents pastoraux laïcs des diocèses de Bâle, Saint-Gall et Coire ne pourraient pas participer à la célébration dans le même secteur que les prêtres et les diacres. Le motif? Eviter la confusion. Les interventions de la direction du diocèse de Bâle, sur place, n’ont pas abouti.

Pour Markus Thürig, vicaire général du diocèse de Bâle, revêtir une aube sur place et célébrer ensemble n’était pas un problème. Les initiatrices de l’action,  Dorothée Becker, assistante pastorale à Bâle, et Monika Hungerbühler, co-directrice de l’Eglise ouverte Ste-Elisabeth à Bâle, ne cachaient pas leur déception. Elles et leurs collègues, cinq hommes et dix femmes, ne voulaient pas prendre place dans les sièges de l’assemblée mais essayer, jusqu’au bout, de maintenir leur plan ou – autre alternative – d’encourager Mgr Felix Gmür à s’asseoir vers eux et non sur la grande scène, en signe de solidarité. “Si nous ne pouvons pas nous asseoir avec les prêtres et les diacres, nous souhaitons un signe de solidarité à notre égard”. Cependant, les deux théologiennes n’ont pas cherché la confrontation. A leurs yeux, la cause à défendre est trop importante pour cela.

 

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

La chonique dès 6h20 "postcast"

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.