Jura Pastoral

«Nous avons vu son étoile, et nous sommes venus nous prosterner»

Les rois mages apportent leurs présents à l'Enfant-Jésus, crèche napolitaine de la basilique Notre-Dame de Fribourg | © Maurice Page Les rois mages apportent leurs présents à l'Enfant-Jésus, crèche napolitaine de la basilique Notre-Dame de Fribourg | © Maurice Page

Selon l’évangile de Matthieu, des mages, savants et astrologues, sont venus se prosterner devant l’Enfant Jésus, guidés par l’étoile jusqu’à Bethléem. Simple récit ou réalité astronomique? L’abbé Marc Donzé rappelle qui étaient ces mages et, au-delà du récit, l’équilibre qu’il convient de maintenir entre foi et science.

La fête de l’Epiphanie, célébrée le 6 janvier, fait mémoire de la venue des mages à Bethléem. Les mages ont vu l’étoile et se sont mis en route depuis les contrées où le soleil se lève, nouveau chaque matin. 
(Cet article est une synthèse d’une interview de cath.ch réalisée en 2016 et d’une enquête publiée en 2019)

Qui étaient-ils? 
Au plus juste, des contemplatifs du ciel, en un temps où voir les étoiles n’était contrecarré par aucune autre lumière.

Des savants? 
Sûrement, au sens où ils devaient connaître la marche des étoiles et des planètes; peut-être savaient-ils déjà, bien avant Galilée, que la terre tournait autour du soleil et non l’inverse.
Astronomes donc, avec rigueur, comme en témoignent descriptions et calculs de la marche céleste réalisés en ce temps-là. Mais aussi astrologues, parce qu’ils interprétaient les signes du ciel, qui devaient manifester la volonté divine venant d’au-delà du ciel, mais se reflétant avec mystère dans les corps célestes. Astrologues non pas au sens de Madame Soleil, mais pour scruter le fond des choses, des âges et des sens.

Qu’ont-ils vu?
Un phénomène céleste nouveau, comme il en arrive parfois dans la ronde pourtant si régulière des astres. L’apparition d’une supernova? Une conjonction étonnante de planètes? Peu importe. Mais, dans l’interprétation de l’époque, un tel phénomène signalait un événement très important, capital même, car on croyait que ce qui se produisait dans le ciel trouvait son parallèle, voire son accomplissement sur la terre.

Des savants engagés, les mages? 
En tout cas, ils ont voulu voir ce qui se passait sur la terre. La direction était donnée par l’étoile qui pointait sur la région de Jérusalem. La destination fut précisée par les docteurs de la Loi, consultés par l’infâme Hérode: elle se trouve chez le prophète Michée, qui voyait la naissance de l’enfant sauveur, fils de David, à Bethléem. Belle rencontre de la scrutation astronomique et de la connaissance dévoilée par les chercheurs de Dieu.

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.