Jura Pastoral

Retour sur l'Appel décisif célébré à Courtételle

Etape importante de l'initiation chrétienne

Le 10 mars dernier, premier dimanche de carême, a eu lieu l’Appel décisif des catéchumènes du Jura pastoral en l’église Saint Sixte de Courtételle. Lors de cette célébration de la Parole présidée par l’abbé Jean Jacques Theurillat, vicaire épiscopal pour le Jura pastoral, plus d’une trentaine de candidats au baptême, soit 26 enfants en âge de scolarité et cinq adultes, ont reçu l’onction dans les mains avec l’huile des catéchumènes.

C’est dans la lumineuse église de Courtételle, dédiée à saint Sixte, que l’abbé Jean Jacques Theurillat a présidé, dimanche 10 mars, la célébration de l’Appel décisif. Dans ses mots d’introduction, le vicaire épiscopal a évoqué la symbolique de l’imposant crucifix en plexiglas suspendu au-dessus de l’autel en bois blanc, un ensemble spectaculaire créé par Camillo : « La croix symbolise la mort du Christ, bien sûr, mais à travers les éléments translucides qui reflètent les couleurs des vitraux en fonction de la lumière du moment, l’artiste a également voulu transfigurer la présence de Dieu dans cette œuvre ».

Dans son homélie, l’abbé Jean Jacques Theurillat a rappelé le sens de l’Appel décisif qui va conduire les catéchumènes jusqu’à leur baptême : « Avant d’arriver à l’étape du baptême, où Dieu viendra habiter votre cœur, nous vivons aujourd’hui une étape intermédiaire où Dieu se rapproche de vous, une étape où Dieu fait sentir sa présence. Cette étape est marquée par un geste : le geste de l’onction d’huile sur la paume des mains. Dieu ne vient pas encore dans votre cœur, mais il vient déjà tout près de vous ». Et comme l’huile pénétrera votre peau et ne restera pas à l’extérieur de votre corps, de la même manière Dieu annonce que son Esprit Saint rejoindra votre cœur au moment du baptême. Mais nous n’y sommes pas encore. Il reste six semaines jusqu’à Pâques, six semaines jusqu’au moment de vos baptêmes, six semaines pour se rappeler avec les mots de saint Paul : « C’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. »

Après la liturgie de la Parole, le vicaire épiscopal a appelé chaque candidat par son nom et les a invités, avec leurs accompagnateurs, marraines et parrains, à inscrire leur nom dans le registre de l’appel décisif, puis il leur a appliqué dans les mains une onction avec l’huile des catéchumènes afin que l’Esprit saint les fortifie dans leur marche de nouveau disciple.

Avec la célébration de l’Appel décisif – deuxième étape de l’initiation chrétienne –, les catéchumènes entrent dans le troisième temps de leur cheminement à travers une démarche d’initiation par laquelle ils entrent progressivement dans la foi chrétienne et dans l’Eglise catholique.

Avant même la célébration à l’église, l’abbé Jean Jacques Theurillat, avait déjà partagé un temps d’échanges avec les catéchumènes, leur marraine ou leur parrains et les familles rassemblés au Foyer Notre-Dame de Courtételle.

Pascal Tissier

Les visages de tous les appelés

L'homélie de l'abbé Jean Jacques Theurillat

Appel décisif à Courtételle, 10 mars 2019

Appel décisif à Courtételle, 10 mars 2019 Abbé Jean Jacques Theurillat, vicaire épiscopal pour le Jura pastoral

Chers catéchumènes, d’ici quelques semaines, vous serez baptisés. Le baptême, c’est le moment où Dieu regarde un homme, une femme, un enfant, avec le même regard qu’il portait sur Jésus, son Fils unique depuis toute éternité. Par le baptême, nous sommes adoptés, nous devenons membres de la famille de Dieu. Cette adoption se fait, visiblement, par le geste de l’eau versée sur ceux qui sont baptisés. En même temps que ce geste est fait, même si cela reste invisible, voici que l’Esprit saint, l’Esprit de Dieu, vient habiter le cœur des baptisés et cet Esprit deviendra en chacun la source d’une Parole de vie. C’est, ce dont parle la première lecture que nous avons entendue, lorsque saint Paul écrit : « Tout près de toi est la Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. »

 

Être baptisé c’est entrer dans une relation nouvelle avec Dieu, c’est vivre une proximité plus grande avec lui. Car avec le baptême, Dieu n’est plus extérieur, lointain ; désormais il se fait tout proche, il est près de toi : dans ton cœur et dans ta bouche. C’est cela qui est la caractéristique de la foi chrétienne : Dieu vient à la rencontre de l’homme, Dieu se rend présent à l’homme, Dieu lui parle, comme un ami me parle, comme mes parents me parlent. Alors, dans ce cas, si Dieu me parle, je peux aussi lui parler, je peux lui répondre.

 

Chers catéchumènes, en ce dimanche où nous vivons la célébration de votre appel décisif, j’aimerais que vous gardiez ceci, pour le temps du carême qui vient, mais plus encore pour toute votre vie de baptisés, pour toute votre vie de chrétiens : Le Dieu auquel vous croyez, vous parle, au plus secret de votre cœur et, de la même manière, vous pouvez lui répondre. L’expérience chrétien­ne se nourrit de cet échange, l’expérience chrétienne se fortifie dans cette rencontre, et nous pouvons alors vivre pleinement de la vie de Dieu. C’est ce que veut dire saint Paul lorsqu’il écrit dans la suite de son texte : « En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. » Être sauvé, c’est être en mesure de vivre pleinement de la vie de Dieu, c’est aimer comme il nous aime, c’est pardonner comme il nous pardonne, c’est prendre soin des autres comme il prend soin de nous, c’est donner de soi comme il se donne lui-même.

 

Cette expérience de la proximité de Dieu prend appui sur la vie, le message et la destinée de Jésus Christ. Un homme, habité de Dieu, qui a fait le bien autour de lui mais qui a été éliminé par jalousie et par crainte de la liberté qu’il apportait. Un homme dont nous rappelons la destinée au moment des fêtes de Pâques, à la fin de ce temps de carême. Jésus qui est arrêté, condamné et exécuté en étant cloué sur une croix, nous le rappelons le Vendredi saint… Jésus, mort et mis au tombeau, qui apparaît vivant d’une vie nouvelle le matin du troisième jour, nous le rappelons dans la nuit et la journée du dimanche de Pâques, jour de la résurrection. Et c’est précisément au moment du jour de Pâque que se vivent habituellement les baptêmes des catéchumènes. On comprend alors pourquoi Paul insiste sur la résurrection de Jésus : « Si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. » Cette foi en Jésus ressuscité, représente les fondations solides sur lesquelles s’appuient votre baptême et votre vie chrétien­ne.

 

Avant d’arriver à l’étape du baptême, où Dieu viendra habiter votre cœur, nous vivons aujourd’hui une étape intermédiaire où Dieu se rapproche de vous, une étape où Dieu fait sentir sa présence. Cette étape est marquée par un geste : le geste de l’onction d’huile sur la paume des mains. Dieu ne vient pas encore dans votre cœur, mais il vient déjà tout près de vous. Et comme l’huile pénétrera votre peau et ne restera pas à l’extérieur de votre corps, de la même manière Dieu annonce que son Esprit saint rejoindra votre cœur au moment du baptême. Mais nous n’y sommes pas encore. Il reste six semaines jusqu’à Pâques, six semaines jusqu’au moment de vos baptêmes, six semaines pour se rappeler avec les mots de saint Paul : « C’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. »

Amen.

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Mensuel de Bienne et région

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.