Jura Pastoral

Utilisation des impôts paroissiaux dans le canton du Jura

Dans le canton du Jura, les membres de l’Eglise catholique-romaine et de l’Eglise réformée-évangélique payent des impôts paroissiaux. Mais à quoi servent ces impôts ? Quand on participe aux assemblées de paroisse ou de commune ecclésiastique, on est appelé à voter le budget et approuver les comptes chaque année. Et les réponses sont dans ce budget et les comptes.

1. Entretenir les bâtiments
Les impôts servent, et c’est très
visible, à entretenir les bâtiments
: les églises, les chapelles,
les cures, les centres paroissiaux
ou maison de paroisse. Les entretenir,
les restaurer et payer les
charges (assurances, électricité,
chauffage, eau, etc.)
Ces bâtiments d’ailleurs ne servent
pas seulement à la communauté
chrétienne.
Les églises sont des monuments
historiques, qui participent au
patrimoine du canton.
Elles font l’objet de visite et sont
un attrait touristique indéniable
pour notre région.
Les églises accueillent aussi des
concerts d’orgue ou de chorales
et d’orchestres.
Quant aux salles paroissiales,
elles sont souvent mises à disposition
des sociétés, voir des communes
ou d’autres institutions
pour différentes manifestations
qui rassemblent au-delà de la
communauté des croyants.


2. Donner les moyens à la pastorale
Les impôts servent également à
payer les équipements (matériel
de bureau, machines, informatique,
téléphone) et différents
frais : le matériel catéchétique, le
matériel liturgique (vêtements,
vin, hosties, cierges), les temps
de rencontres, de convivialité,
d’apéritifs, et…

3. Assurer les salaires et rétributions
Les impôts permettent aussi d’assurer
les salaires et indemnités
pour le personnel et le défraiement
pour les bénévoles au service
de la communauté :
les secrétaires, les sacristains, les
concierges, les aides. Les salaires
des agents pastoraux sont payés
par la Collectivité ecclésiastique
cantonale. Chaque paroisse
verse à cet effet une contribution
selon sa capacité financière et le
nombre de ses paroissiens. C’est
également grâce aux impôts que
sont financés les services d’aumônerie
de l’hôpital, des homes, des
prisons, la consultation conjugale,
Caritas qui est le service
social de l’Eglise au service de
tous sans distinction.

4. Vivre la solidarité
Enfin, il y a les subventions et
les dons. Chaque paroisse prévoit
dans son budget une somme
pour soutenir les sociétés, les
associations et les institutions
à but culturel, social, caritatif
dans notre région, en Suisse et
aussi dans le monde, en particulier
dans les pays les plus pauvres.
Par exemple, subventions aux
Cartons du coeur, à Terre des
hommes, à la Main tendue, au
Secours d’hiver, aux Magasins
du monde, Au Fil du Doubs, à
la fondation Pérène, aux Ecoles
privées, à Jura-Afrique, aux différentes
Missions sur les cinq
continents, etc.

Bulletin_118_Dmont Bulletin_118_Dmont page 8

 

On n’imagine pas toutes les
demandes adressées aux paroisses
et l’importance de ces dons pour
ceux qui les reçoivent. La communauté
chrétienne manifeste
ainsi concrètement sa solidarité,
au-delà des frontières.


5. En résumé
Grâce aux impôts, les Eglises et
les paroisses peuvent non seulement
subvenir à leurs besoins,
mais aussi contribuer au développement
de la vie sociale, culturelle,
artistique ici et ailleurs et à
la promotion du respect et de la
dignité de tous, en particulier des
plus pauvres.
Et cela au nom de l’Evangile, la
bonne nouvelle du Christ pour le
monde aujourd’hui.


    Chanoine Jean-Marie Nusbaume

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.