Jura Pastoral

Vidéo : la Faculté de théologie se présente

Un clip de 12 minutes pour faire connaissance

La Faculté de théologie de Fribourg se présente dans un film de 12 minutes : témoignages d’étudiant-e-s, de professeurs, tour d’horizon sur les voies d'études et les perspectives professionnelles.

Présentation de la Faculté de théologie de Fribourg. La Faculté de théologie de l’Université de Fribourg est la plus grande Faculté de théologie en Suisse; elle est l’une des deux facultés de théologie catholique en Suisse intégrées dans une université d’état. Elle est soumise, comme les autres facultés de l’Université, à la loi fédérale, mais elle est aussi reconnue par les autorités ecclésiastiques. L’Ordre des dominicains et la Conférences des évêques suisses assument une responsabilité spéciale face à la faculté. Le Maître de l’Ordre des Dominicains en est le Grand Chancelier. Aujourd’hui, environ un tiers des professeurs sont des dominicains.

A partager sans modération !

Refonte des sites Internet de la Faculté de théologie

Comme un clin d'oeil à l’arrivée de l’été, la nouvelle édition du site Internet de la Faculté de théologie est sortie le 21 juin 2018 ! Une révolution tout en douceur et tout en couleur pour mieux répondre aux attentes des internautes. Nouveau "design" orienté "users" et "responsive" à souhait ... autant d'anglicismes qui caractérisent une version moderne répondant aux exigences actuelles d'information et assurant visuellement l'unité au sein de l'Université de Fribourg. Le site va continuer à évoluer au gré des saisons pour vous apporter les fruits de l'activité académique et estudiantine. Dans la foulée, toutes les unités de la Faculté se déclinent sur cette même ligne graphique pour présenter leurs spécificités. Ainsi Facultés, Chaires et Instituts s’unissent pour valoriser leurs offres et caractéristiques uniques. www.unifr.ch/theo

Le mot du doyen

Etudes interreligieuses

Au début de la nouvelle année académique, la Faculté de théologie de Fribourg propose un nouveau programme : « Etudes interreligieuses ». En fait, il s’agit d’une version fondamentalement révisée d’un domaine d’études déjà présent depuis de nombreuses années : « Etude du christianisme et des religions ». Dans le nouveau programme nous avons renforcé la dimension dialogale, en accordant plus d’espace aux théologies non chrétiennes et en introduisant des champs nouveaux (comme la spiritualité ou le droit des religions).

De nos jours, les religions sont un lieu paradoxal de confrontation. Dans certains pays, elles sont vues comme un fondement central de l’identité culturelle. Dans d’autres, au contraire, elles sont marginalisées au nom d’une laïcité radicale, et traitées comme une activité individuelle sans pertinence pour la société. Et cependant, elles interpellent la conscience des citoyens et des autorités politiques.

Notre programme cherche à lier deux approches : offrir des perspectives externes (analyses sociologiques, philologiques et juridiques), mais aussi découvrir de l’intérieur les religions non chrétiennes en les questionnant sur le plan théologique. Cela ne peut se faire que dans un esprit de dialogue entre diverses convictions théologiques.

Depuis Vatican II, la tradition catholique a accordé une place centrale au dialogue avec les autres religions. Un acteur majeur du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le Cardinal Jean-Louis Tauran, vient de mourir (juillet 2018). Pour lui, la situation interreligieuse actuelle nous invite à tout faire pour que les religions ne soient pas génératrices de tensions et de violence, mais aident plutôt l’humanité à résoudre ses problèmes et à trouver la paix.

L’intérêt des chrétiens pour la connaissance des autres religions s’appuie sur une double conviction : Dieu s’adresse à l’humanité non seulement à travers les Ecritures juives et chrétiennes (la Bible), mais aussi à travers d’autres expériences humaines et religieuses ; de plus, sa Parole éternelle (son « Verbe ») résonne dans la conscience de chaque être humain.

Sur la base d’une estime des traditions non chrétiennes, le programme d’études vise à former des acteurs et des actrices de la vie sociale, économique, politique et culturelle, qui sauront articuler les données de la tradition chrétienne avec la richesse des autres traditions religieuses, dans une recherche constante de la vérité.

Luc Devillers, doyen

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Mensuel de Bienne et région

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.