Jura Pastoral

50 ans de l'église Saint-Georges de Malleray

Dimanche dernier, la paroisse de Malleray-Bévilard fêtait le 50e anniversaire de l'église Saint-Georges. Pour l'occasion, Mgr Denis Theurillat, évêque auxilaire émérite du diocèse de Bâle a présidé la messe du jubilé, lui qui a été curé-doyen de la Tramata pendant de nombreuses années. Marie-Andrée Beuret, la nouvelle déléguée du vicariat épiscopal pour le Jura pastoral était également présente à la célébration.

50 ans église Saint-Georges de Malleray 50 ans église Saint-Georges de Malleray

Galerie de photos

Sources des images : Philippe Girardin

UN PEU D'HISTOIRE

PREMIERES IDEES
 
Dès sa naissance en 1953, la Paroisse de Malleray-Bévilard et environs eut le projet de construire son église comme le témoigne la création d'une commission d'étude en août de la même année. En raison de moyens financiers limités, la commission renonça provisoirement au projet et décida de construire un bâtiment abritant des logements, une école enfantine et une salle de paroisse.
 
Grâce à divers dons des communes et à la générosité des paroissiens, les nouveaux locaux purent être inaugurés en 1956 à Pâques. Pour tout autant, le projet de construction d'une église n'était pas abandonné. L'aventure allait débuter en février 1964 lorsque plus de cent paroissiens répondirent à l'invitation de la Commission de financement pour la construction d'une église à Malleray et d'une chapelle à Court.
Cette séance d'information allait faire démarrer tout le processus. Dès lors, chaque paroissien va manifester une détermination sans faille pour s'engager dans la récolte de fonds en faveur de la construction de l'église. Des quêtes dans les paroisses proches ou lointaines, des loteries, des ventes d'écus en chocolat, de grains de café et de sachets de thé, ainsi que les bénéfices des kermesses furent destinés à alimenter le fonds de construction. 
Même le bénéfice de la brochure de l'abbé Robert Piegai «Histoire de l'Église catholique du Jura dans ses rapports avec le canton de Berne, de 1815 à nos jours» fut versé au fonds. Pourtant, les montants récoltés ne suffisaient toujours pas. En octobre 1966, coup de théâtre, un téléphone de Lucerne avertissait le curé de la paroisse, Robert Piegai, qu'un don important allait être offert à la paroisse afin de hâter la construction de la future église.
L'argent provenait d'une succession destinée à de bonnes œuvres; c'est par l'intermédiaire de l'exécuteur testamentaire et de l'Evêché de Bâle que la paroisse de Malleray-Bévilard avait été choisie parmi les bénéficiaires possibles de ce legs.
PREMIÈRE PIERRE
 
Grâce aux efforts de chacune et chacun, la bénédiction de la première pierre eut lieu le 26 juin 1971. Cette pierre placée très visiblement à hauteur des yeux à la base du clocher est reconnaissable à son inscription mentionnant le titulaire de l'église, Saint-Georges, ainsi que l'année de construction. À l'intérieur de la pierre, on plaça une cassette en cuivre contenant un parchemin qui fournit les renseignements essentiels sur l'église, la paroisse, les noms des autorités religieuses et civiles en exercice, l'année de construction ainsi que les noms des personnes formant la commission de construction. On y ajouta des pièces de monnaie, des timbres et un journal de l'époque.

INAUGURATION SOLENNELLE

Le 3 décembre 1972, Mgr Antoine Hängi, Évêque de Bale, assisté du doyen Fréléchoz et de l'abbé Piegai, présida la cérémonie de la consécration de l'église Saint-Georges. La messe fut solennelle avec la participation du chœur mixte, de la chorale de l'école secondaire et de la fanfare de Bévilard. Une page importante s'écrivait ainsi dans l'histoire de la paroisse et de la région.

L'ÉGLISE

Les travaux avaient commencé le 1e mars 1971 et s'étaient achevés en automne 1972 pour un budget de Fr. 1560000. La construction de béton et de briques comprend l'église elle-même, une chapelle de semaine et des salles au sous-sol. Le clocher, qui fait corps avec le bâtiment, mesure 20 m de haut. Il est de tradition, dans les églises catholiques, que le saint patron soit évoqué par untableau ou une statue, ou encore par un autel latéral.

POURQUOI SAINT-GEORGES ?
 
Le patronyme de Saint-Georges fut proposé pour l'église puisqu'il existait, à Bévilard, une église placée sous le patronage de ce saint.
La première mention en est faite dans un acte daté de 15131, confirmée en 1516 par une bulle du pape Léon X ainsi que par un acte daté 1657 qui stipule que le droit de nommer le curé de l'Eglise Saint-Georges était transmis à l'Évêque de Bâle. Notons encore que l'Eglise réformée de Bévilard est également dédiée à ce saint.

Agenda et messes

               Cliquez sur l'image
Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.