Jura Pastoral

Dans la peau d'un ermite, le temps d'une nuit à Saint-Ursanne…

La chapelle de l'ermitage de St-Ursanne et la grotte (à g.) | © Grégory Roth La chapelle de l'ermitage de St-Ursanne et la grotte (à g.) | © Grégory Roth

Passer une nuit seul dans la minuscule chapelle de l’ermitage à St-Ursanne: une expérience qu’a effectuée cath.ch. Parmi 40 activités proposées dans le cadre des 1400 ans de la mort d’Ursanne, «14h en Ermite» est une des celles qui a eu le plus de succès durant cette année chamboulée par le coronavirus.

Au cœur de la veille ville de St-Ursanne, Sœur Marie-Benoît accueille chaque soir l’apprenti-ermite inscrit pour passer la nuit à l’ermitage d’Ursanne. La religieuse se tient devant le portail sud de la collégiale et, réglée comme une horloge suisse, elle les attend à 18h30 précises. «C’est moi qui vais vous conduire jusqu’à l’ermitage. Suivez-moi!», me lance la Sœur de la Sainte-Croix d’Ingenbohl, après un bref dialogue de bienvenue.

C’est à mon tour de passer la nuit du 27 août 2020, là-haut sur la montagne. «Il y a 190 marches pour rejoindre la grotte. Je les monte deux fois par jour: soir et matin», indique la religieuse retraitée. La montée, relativement courte, est néanmoins assez escarpée. La récompense est d’autant plus grande une fois en-haut. D’un côté, on contemple la vieille ville médiévale des hauteurs. Et de l’autre, on observe de près cette grotte, dans laquelle Ursanne aurait vécu au 14e siècles auparavant avec ‘son’ ours.

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.