--> Joe Biden, deuxième président catholique de l'histoire des Etats-Unis - Jura Pastoral
Jura Pastoral

Joe Biden, deuxième président catholique de l'histoire des Etats-Unis

Joe (Joseph) Biden est le 46e président des Etats-Unis, le 2e catholique après John Fitzgerald Kenndy | © Flickr/PhotoNews/CC BY-SA 2.0 Joe (Joseph) Biden est le 46e président des Etats-Unis, le 2e catholique après John Fitzgerald Kenndy | © Flickr/PhotoNews/CC BY-SA 2.0

Joseph Robinette Biden Jr, dit Joe Biden, a été élu le 7 novembre 2020 en tant que deuxième président catholique de l’histoire des Etats-Unis. Soixante ans après l’arrivée à la Maison-Blanche de John Fitzgerald Kennedy, Joe Biden, sera investi 46e président des Etats-Unis le 20 janvier 2021. Il a reçu les félicitations de la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis, qui rappelle son appartenance religieuse.

Après quatre jours de suspense, Joe Biden a obtenu 273 électeurs en remportant l’Etat-clé de Pennsylvanie le 7 novembre. Dépassant la barre des 270 grands électeurs, Joe Biden devient le 46e président des Etats-Unis. 

Comme dix pour cent des Américains, Joe Biden a des ancêtres irlandais, tout comme John Fitzgerald Kennedy, le 35e président américain entré en fonction le 20 janvier 1961, et assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas. Originaire d’une famille catholique pratiquante, le nouveau président ne fait pas mystère de sa foi catholique et fréquente régulièrement la messe dans sa paroisse de St. Joseph on the Brandywine, à Wilmington, dans l’Etat du Delaware.  

Cible des milieux chrétiens conservateurs

S’il avait reçu le 15 mai 2016 à l’Université catholique Notre-Dame-du-Lac, à South Bend, en Indiana, la médaille Laetare, considérée comme la plus haute distinction pour les catholiques américains, il ne fait pourtant pas l’unanimité parmi les fidèles de son Eglise. Assurant défendre un programme économique inspiré par la doctrine sociale de l’Eglise, ce sont ses positions libérales sur l’avortement et le mariage entre personnes de même sexe qui lui attirent les foudres des milieux chrétiens conservateurs, non seulement de la part des évangéliques, très majoritairement pro-Trump, mais également d’une partie non négligeables des catholiques.

Certains évêques américains ont même mis en doute son identité catholique. Ainsi Mgr Thomas J. Tobin, évêque catholique romain de Providence, dans l’Etat de Rhode Island, sur la côte Est des Etats-Unis, ne pense pas que Joe Biden soit «un vrai catholique». Il avait tweeté: «Biden-Harris. C’est la première fois depuis longtemps qu’un catholique ne figure pas sur la liste des candidats démocrates. C’est triste».

Dans la même ligne, Mgr Richard «Rick» Stika, évêque catholique de Knoxville, dans le Tennessee,  avait  exhorté le candidat démocrate Joe Biden à repenser son soutien à l’avortement en tenant compte du fait que «Dieu allait le juger». Il s’était fait vertement tancer sur Twitter. Une majorité d’internautes avaient rétorqué que Trump n’était certainement pas «pro-life» en dehors des discours électoraux. Ils fustigeaient également sa politique d’enfermement des enfants de familles immigrées sans papier ou sa politique en faveur des plus fortunés.

Appel des évêques à l’unité nationale

A l’heure de la victoire électorale de Joe Biden, les évêques américains, par la bouche de Mgr José H. Gomez, président de la Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis (USCCB), le félicitent.

Dans son message, publié le 7 novembre 2020, l’archevêque de Los Angeles, Mgr Gomez écrit: «Nous remercions Dieu pour les bienfaits de la liberté. Le peuple américain s’est exprimé lors de ces élections. Le moment est venu pour nos dirigeants de se rassembler dans un esprit d’unité nationale et d’engager le dialogue et faire des compromis pour le bien commun».

Promouvoir la fraternité et la confiance mutuelle

En tant que catholiques et Américains, écrit-il, «nos priorités et notre mission sont claires. Nous sommes ici pour suivre Jésus-Christ, pour témoigner de son amour dans nos vies et pour construire son royaume sur terre. Je crois qu’en ce moment de l’histoire des Etats-Unis, les catholiques ont le devoir particulier d’être des artisans de paix, de promouvoir la fraternité et la confiance mutuelle et de prier pour un esprit renouvelé de vrai patriotisme dans notre pays».

«La démocratie exige que nous nous comportions tous comme des personnes vertueuses et pratiquant l’autodiscipline. Elle exige que nous respections la libre expression des opinions et que nous nous traitions mutuellement avec charité et civilité, même si nous pouvons être en profond désaccord dans nos débats sur des questions de droit et de politique publique».

«Deuxième président des Etats-Unis à professer la foi catholique»

Les évêques américains disent reconnaître que Joe Biden «rejoint le défunt président John F. Kennedy en tant que deuxième président des Etats-Unis à professer la foi catholique». Ils félicitent également la sénatrice de Californie Kamala D. Harris, «qui devient la première femme de l’histoire à être élue vice-présidente».

Et de conclure en demandant «à la Bienheureuse Vierge Marie, patronne de cette grande nation, d’intercéder pour nous. Qu’elle nous aide à travailler ensemble pour réaliser la belle vision des missionnaires et des fondateurs des Etats-Unis: une nation sous Dieu, où le caractère sacré de toute vie humaine est défendu et où la liberté de conscience et de religion est garantie». (cath.ch/be)

Un catholique d’origine irlandaise Joseph Robinette Biden, Jr. naît le 20 novembre 1942 dans une famille catholique irlandaise modeste de Scranton, en Pennsylvanie. Sa grand-mère paternelle, Mary Elizabeth Biden (née Robinette), descend de huguenots français ayant émigré en Angleterre puis en Pennsylvanie. Joseph Biden grandit parmi deux frères et deux sœurs, d’abord à Scranton puis à Claymont dans le comté de New Castle, dans le Delaware, où son père vend des voitures. Diplômé d’histoire et de science politique en 1965 à l’université du Delaware, il poursuit des études supérieures à la faculté de droit de l’université de Syracuse. Il y rencontre Neilia Hunter qu’il épouse en 1966 et avec qui il a trois enfants. Après avoir obtenu un diplôme en droit en 1968, il commence une carrière juridique à Wilmington (Delaware). En novembre 1972, il est élu au Sénat des Etats-Unis sous l’étiquette du Parti démocrate. Il a été constamment réélu jusqu’à son accession à la vice-présidence des Etats-Unis. Le mois suivant, sa femme et leurs trois enfants sont victimes d’un accident de la route, leur voiture ayant été percutée par un tracteur de semi-remorque. Sa femme et sa fille décèdent. Il se remarie en 1977, avec Jill Tracy Jacobs avec qui il a une fille, Ashley, née en 1981. En août 2008, Barack Obama annonce l’avoir désigné pour être son colistier sur le ticket démocrate aux élections de novembre. Il est réélu le 6 novembre 2012 pour un deuxième mandat au même poste. BH

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.