Jura Pastoral

Les évêques suisses planchent sur le renouveau de l'Eglise

Face à la crise de l’Eglise, les évêques suisses ne veulent pas rester de simples spectateurs. Pour tenter d’y apporter des remèdes, ils veulent lancer un vaste processus d’écoute et de débat dont une première ébauche à été présentée le 19 septembre 2019, à Berne. 

«Nous voyons que cela brûle en divers endroits, que les frustrations sont fortes, que l’unité de l’Eglise est en danger. Nous devons écouter, en parler et débattre de ce que nous pouvons faire concrètement», a expliqué Mgr Felix Gmür président de la Conférence des évêques suisse (CES), lors d’une conférence de presse à Berne. Le titre de travail de ce projet l’exprime bien: «En chemin ensemble pour renouveler l’Eglise».

Réunis à Saint-Maurice du 16 au 18 septembre 2019, les membres de la CES ont poursuivi la réflexion sur le renouveau de l’Eglise déjà abordée en juin. Ils ont confirmé un voeu récurrent du pape François, à savoir que le «charisme de l’écoute» soit au cœur du processus. 

La CES a renoncé explicitement à l’idée d’un synode ou même d’un chemin synodal. «Dans l’Eglise catholique, le synode est une structure bien déterminée soumise à des règles précises. Or nous voulons une démarche plus large et plus ouverte», a précisé Mgr Gmür. Il s’agit d’y impliquer les jeunes et les plus âgés, femmes et hommes, laïcs et ordonnés, migrants et Suisses. «Nous voulons aussi pouvoir entendre les signaux faibles en dehors des structures ecclésiales.» 

Groupe de pilotage externe 

Il s’agira donc de développer des plateformes thématiques sur des sujets identifiés ensemble. Un groupe de pilotage, externe à la CES, sera chargé d’en organiser le processus. Il aura notamment pour tâches de clarifier l’objectif, l’organisation de la participation, le choix des thèmes et des priorités, le respect des régions linguistiques, la composition des groupes de travail, l’animation et la communication. 

«Quelques personnes ont déjà été contactées pour assumer cette charge. Elles doivent se rencontrer pour poser les bases de leur travail. Nous pourrons ensuite communiquer la composition du groupe de pilotage», a précisé Mgr Gmür. 

Un débat le plus large possible

Les différentes thématiques identifiées par la CES en juin: par exemple foi et transmission de la foi, rôle des femmes, célibat de prêtres et ordination d’hommes mariés, abus sexuels et de pouvoir sont des propositions. Elles peuvent être aussi modifiées ou complétées. 

Le président de la CES se montre convaincu que la crise actuelle de crédibilité peut être surmontée. «Le dialogue avec ces voix diverses est nécessaire pour une Eglise vivante et armée pour l’avenir qui rayonne de foi, d’espoir et d’amour. En Suisse nous avons déjà une solide expérience du dialogue au sein des paroisses, des diocèses, des mouvements et des corporations ecclésiastiques», souligne l’évêque de Bâle. Il précise aussi que la démarche sera menée au niveau suisse. «Nous savons que les mentalités ne sont pas les mêmes dans les diverses régions linguistiques. Mais nous devons aussi relever ce défi de faire l’unité de l’Eglise en Suisse.» 

Pas encore d’agenda 

Il n’existe pas encore d’agenda pour le déroulement du projet. Celui-ci sera fixé avec le groupe de pilotage une fois qu’il aura commencé son travail. Mgr Gmür évoque une durée de deux ou trois ans. «Dix ans serait trop, mais nous ne pouvons pas dire demain, ni après-demain. Cela prendra un certain temps.» Selon Mgr Gmür, les premiers échos récoltés sont largement positifs.

Abus sexuels dans le contexte ecclésial

Les évêques suisses ont en outre pris acte des statistiques 2018 des cas d’abus sexuels annoncés auprès des services spécialisés des diocèses. Ces chiffres montrent que les mesures prises depuis 2002 produisent leurs effets. 

Seules trois dénonciations portent sur des cas actuels qui se sont déroulés après l’an 2000. Ces cas concernent des propos à connotations sexuelles et des avances déplacées à l’égard de femmes adultes sans rapport de dépendance pastorale. Et à l’égard d’un homme adulte dans le cadre d’une situation de dépendance pastorale. 

28 cas prescrits ont également été annoncés, dont 23 se sont déroulés entre 1950 et 1980. Le nombre de cas annoncés reste dans le cadre de ces dernières années. 

Mgr Gmür a cependant rappelé que ces chiffres ne comprennent pas les cas annoncés à la commission indépendante CECAR, ou aux services cantonaux d’aide aux victimes. Les groupes d’experts diocésains invitent à nouveau les victimes à s’annoncer.

Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019

Les évêques suisses ont publié un Appel en vue du Mois missionnaire extraordinaire et participé à l’action #MaMission. Le Mois extraordinaire de la mission débutera en Suisse le 1er octobre 2019 par une célébration liturgique dans le baptistère de Riva San Vitale (TI), le plus vieil édifice chrétien de Suisse. Plusieurs évêques suisses y seront présents, a indiqué Erwin Tanner, secrétaire général de la CES. 

50 ans de Justice et Paix

A l’occasion des 50 ans de Justice et Paix, la CES a invité une délégation de cette commission à un échange. Thomas Wallimann-Sasaki, président ad interim, Kurt Aufdereggen, membre, et Wolfgang Bürgstein, secrétaire général de la commission, ont présenté les enjeux actuels. Ils ont évoqué entre autres la complexité croissante et la dimension globale des évolutions technologiques, la responsabilité vis-à-vis de la création face au changement climatique, l’individualisation et la singularisation, l’exil et la migration. 

Justice et Paix fêtera son jubilé le 19 novembre 2019, à Berne, par une manifestation publique intitulée «La paix et la justice n’existent pas en vain !»

Initiative pour les multinationales responsables

Les membres de la CES partagent les craintes des auteurs de l’initiative populaire Multinationales responsables et les soutiennent. Mgr Felix Gmür, président du conseil de fondation de l’Action de Carême, une des organisations porteuses de l’initiative, a partagé ses impressions de son dernier voyage en Colombie. Il a pu constater sur place les dégâts causés par l’exploitation des mines. L’initiative propose des mesures importantes en direction d’une «écologie intégrale», proposée par le pape François dans Laudato sì, a noté Mgr Gmür  

Nominations

Parmi les nominations, on peut relever celle de Brigitte Maria Fischer Züger,en tant que déléguée de la CES pour les questions concernant la Chine. «Même si le nombre de catholiques chinois est minime en Suisse, nous suivons avec intérêt la situation délicate de l’Eglise en Chine. Et nous voulons montrer notre solidarité avec les évêques du pays», a souligné Mgr Gmür. En tant que spécialiste de la Chine, Mme Fischer Zuger aura surtout un rôle d’information et d’échange. (cath.ch/mp) 

© Centre catholique des médias Cath-Info, 19.09.2019

Les droits de l’ensemble des contenus de ce site sont déposés à Cath-Info. Toute diffusion de texte, de son ou d’image sur quelque support que ce soit est payante. L’enregistrement dans d’autres bases de données est interdit.

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

Mensuel de Bienne et région

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.