Jura Pastoral

Retour sur les quatre messes radiodiffusées de l'avent

4e messe "d'avent" Noël radiodiffusée depuis Montfaucon

Dimanche 23 décembre, à 9h00

Messe radiodiffusée du 23 décembre à Montfaucon Le 23 décembre, accompagné par le diacre Didier Berret, à gauche, c’est l’abbé Gaby Aubry qui a présidé la quatrième messe de l'avent radiodiffusée depuis l'église de Montfaucon, aux Franches-Montagnes.

Dimanche 23 décembre, un jour avant la veille de Noël, a eu lieu la quatrième messe radiodiffusée depuis l'église Saint-Jean-Baptiste à Montfaucon, aux Franches-Montagnes. Comme pour les trois premiers dimanches de l’avent, juste après le bulletin d'informations de 9h00 sur Espace 2, la messe a été présentée et commentée depuis la régie installée dans la sacristie. Après Bernard Litzler, Davide Pesenti et Laurence Desbordes, c’est Fabien Hünenberger, journaliste à RTSreligion, qui était au micro pour présenter et commenter cette célébration présidée par l’abbé Gaby Aubry, accompagné par le diacre Didier Berret, prédicateur de cette série de messes « d’avent » Noël. Ce dimanche, l'animation musicale était assurée par les chorales de La Courtine, dirigées par Judith Pellegrini, de Lajoux, avec Sandra Berchten, de Lajoux, à l’orgue; Pierre-Michel Salzmann, aux percussions; Régis Sauvain et Alain Jeannerat, à la guitare. A noter que les chorales ont interprèté la Misa Criolla (messe créole), une œuvre musicale pour solistes, chœur et orchestre, de nature religieuse et folklorique, créée par le musicien argentin Ariel Ramírez (1921-2010).

Ont aussi contribué à cette ultime célébration du temps de l'avent à Montfaucon
Ci-dessous, une quarantaine de photos avec, dans les coulisses, Fatmir Blackaj, l'ingénieur du son, qui assurait la retransmission de la célébration sur Espace 2 depuis la régie installée dans la sacristie avec les commentaires du journaliste de RTSreligion Fabien Hünenberger.
Méritent également de figurer au « générique » de cette messe :  Marie-Claire Mathys, sacristine de l'église de Montfaucon ; Catherine Voirol, des Genevez, lectrice ; Gabriel Azevedo, de Saulcy, lecteur ; ainsi que trois servants de messe, tous trois de Montfaucon: Maïa Surdez, Zoé Marchand et Sohan Giorgio.

Cliquez ICI pour voir les "retours" en images des quatre messes de l'avent

Les photos de la messe du 4e dimanche de l'avent

Quatrième dimanche d’avent C - 2018

Homélie de Didier Berret, le 23 décembre 2018 à Montfaucon pour la messe radiodiffuséee

En français, pour parler des enfants, des petits-enfants, des arrières petits-enfants, et de tous ceux qui suivent, on utilise vraiment un terme étrange : on parle de descendants ! Avouez que ça ne suggère pas franchement une notion de progrès ! Comment garder sereinement l’espoir que l’humanité s’améliore quand, dans le langage, les générations qui viennent ne cessent de descendre ?! Dans beaucoup d’autres langues, on ne parle pas comme ça : beaucoup d’autres langues ont créé un mot à partir de l’idée de « venir après », d’être « né de », d’être « issus de », de « sortir de » - c'est le mot hébreu qu’utilise le prophète Michée – « de toi sortira celui qui doit gouverner Israël » On voit presque une plante pousser quand écoute cette phrase...

Nous, nous disons  « les descendants »... on pourrait bien imaginer un sketch à la Raymond Devos  sur la complexité de l’éducation en pensant qu’en français les parents sont invités à élever leurs descendants ! Il y a quelque chose de cocasse !

Et en même temps quelque chose de profondément théologique !

Jésus le fils du Très-Haut ne peut que descendre sur terre ! Et du point de vue des hommes, cette idée rappelle peut-être mieux que dans d’autres langues, que toute vie vient de Dieu, descend de Dieu à travers les générations... Aucun de nous ne sommes origine de nous-mêmes.

L’évangile de Matthieu commence par le rappeler à travers l’exposé d’une généalogie qui part d’Abraham pour arriver jusqu'à Jésus. Cela accentue ce sentiment de descente sur terre du Fils de Dieu, marche après marche, siècle après siècle... Mais l’incarnation n’est que la moitié de la révélation. Luc, en écho dans son évangile, donne le mouvement inverse... il fait remonter la généalogie de Jésus jusqu'à Dieu comme pour révéler l’Ascension  et dire, qu’avec Jésus, la vocation de l’humanité posée sur terre est de monter, de grandir, de s’élever jusqu'à Dieu.

Dans l’évangile, juste après l’Annonciation - c'est le texte que nous venons d’entendre d’aujourd'hui - dès que l’ange, descendu du ciel, a quitté Marie, le premier acte qu’elle pose est de « se lever.» Les deux phrases se suivent comme ça - ce n’est pas du très beau français mais c'est traduit comme ça - :« Et l’ange la quitta. Elle se leva Marie en ces jours-là... » Sans transition, il n’y a pas d’espace de respiration. L’ange part. Elle se lève.

Comme si Marie, en parfaite éducatrice, ne perdait pas une seconde pour élever celui qui vient de descendre en sa chair. La traduction liturgique dit « se mit en route », mais littéralement elle se lève... et même un peu plus : le verbe utilisé en grec est le verbe anistémi qui a donné le prénom Anastasie qui veut dire résurrection... Marie se dresse, comme le berger de Michée, elle se dresse comme le ressuscité, elle se tient debout  comme le sont tous ceux qui sont remplis de la présence de Dieu ! Et sa joie contagieuse, l’emmène en hâte sur les hauteurs du pays. Comment en serait-il autrement après une telle annonce ? Vous imaginez, Marie et un ange, quelle rencontre insolite ! Comment dès lors ne pas partir à toutes jambes partager cette incroyable nouvelle ?  D’autant que cette nouvelle-là est attendue depuis des siècles par un peuple entier. Marie, comme Marie-Madeleine à Pâques ressemble à Philippidès, le premier marathonien de l’histoire qui avait couru jusqu'à Athènes pour annoncer la victoire de son peuple ! Le mouvement de l’incarnation de Jésus qui descend pour nous élever dessine comme un immense V tout neuf, un signe éternel de Victoire !

Marie court et elle monte. La rencontre entre Marie et Elisabeth est une rencontre au sommet de l’histoire. Bien sûr sa première confidente est sa cousine, dit le texte, mais pas seulement, son prénom et celui de son mari évoquent en deux mots toute l’histoire d’Israël... Elisabeth, l’épouse d’Aaron portait déjà ce prénom, Elisabeth signifie « mon Dieu a fait serment » : « mon Dieu a promis » tandis que  Zacharie veut dire « Dieu se souvient. » Le nom de ce couple rappelle donc que Dieu se souvient de sa promesse. Elle peut bien faire monter sa voix la mère de Jean-Baptiste en accueillant Marie et chanter comme nous le ferons tout à l’heure : tu es bénie entre toutes les femmes... Les deux femmes s’embrassent comme l’histoire du monde en elles s’embrasse ; ce baiser est le passage de témoin entre l’ancienne et la nouvelle alliance. Quelque chose de tout neuf se prépare. Jésus vient !

Agenda et messes

                  Site de Cath-ajoie

La chonique dès 6h20 "postcast"

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.